De la liberté

Et là voilà, simple produit de consommation, vendue à prix d'or sur l'autel du marketing. Et la liberté n'était pas un produit ?
Par Stéphane

Par Stéphane

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

De la liberté !

De celle de choisir,

De celle de dire,

De celle d’agir,

De celle de respirer,

L’air pur de choix de nos aventures,

De savoir enfin pourquoi c’est si dur.

Parce la vie n’offre rien si l’on ne s’en donne les moyens.

Parce que toute chose a un prix.

Et ce prix n’est pas qu’une question d’argent.

C’est le temps,

C’est la volonté,

C’est l’envie,

C’est la motivation,

C’est le sens.

Le sens que chacun souhaite mettre dans ce qu’il nomme

Liberté.

Est-ce un trésor de vos valeurs,

Est-ce un chemin pavé de billets de banque,

Les lumières artificielles d’un éphémère succès,

Le mensonge d’un marketing qui dit blanc et fait noir,

Le lien sincère d’un humain à l’autre,

Un sac dos et une connexion internet,

Le regard aimant et pétillant de fierté de l’être aimé,

L’exemple donné à l’enfant,

Le désir fou d’avancer, d’apprendre encore,

La folie d’un challenge à 40 ans passés,

Là où ces vieux se doivent de mourir en silence,

Laissant place à la jeunesse triomphante ?

Est-ce l’âme pure de cette jeunesse qui s’en va changer le monde,

Le révolutionner,

Lui gueuler que les jeunes savent,

Et que leur volonté est inébranlable ?

Qu’est-ce que cette liberté qui vous pousse,

Cette liberté que vous chérissez tant ?

Qu’elle soit ci ou cela,

Elle reste un chemin,

Elle reste un voyage,

De bonnes intentions

Et de vos démons.

Et pour ne point vous perdre,

Sachez ce qu’elle est,

Que vous gardiez la tête droite,

Le regard au loin,

En direction de cette lumière,

Voyez ce phare à l’horizon, qui brille dans vos pénombres,

Qui guide vos pas, et jamais ne faiblit.

On l’appelle liberté.

Lire également

La peur et moi

J’ai peur, alors elle s’empare de moi, partout, en tout, et je suis elle, elle est moi. Piégé.

Au pays des bisounours

Dire les émotions, les montrer, les offrir, ils disent que c’est niait, parce qu’il faut vendre, vendre, vendre. Et s’ils se trompaient ?